asptt judo strasbourg

asptt judo strasbourg

article DNA juniors page 2 (individuel juniors 2011)

 

 

Judo / Championnats du Bas-Rhin juniors, à Schiltigheim

Tickets pour Marckolsheim

     Il y a une semaine, leurs aînés combattaient même lieu, même endroit avec, en perspective, la possibilité de concourir aux championnats d'Alsace. C'est avec cet objectif en tête que les juniors ont franchi, samedi, les portes du dojo Robert Schaeffer. Retour sur une compétition riche en enjeux.

 

Malgré les apparences, Ebobisse Eyadi (à gauche) s'imposera face à Yannice Selmani. (Photo DNA - Michel Frison)

    A compter de 13h30, ce sont les féminines qui ouvrent le bal. Des visages commencent à être connus sur la scène bas-rhinoise, comme celui de Marie-Hélène Buisson, qui a brillé pour son club de Quatzenheim, terminant 1re chez les moins de 52 kg.
 Certains athlètes ont à peine fini leur compétition chez les seniors, six petits jours avant, qu'ils enchaînent sans broncher l'édition des juniors. Avec succès pour Lucille Klein (Krautergersheim), qui réédite sa performance en s'imposant de nouveau chez les moins de 48 kg.
 Que l'on ne s'y trompe pas, ce n'est pas toujours la même chanson d'un week-end à l'autre. Ebobisse Eyadi (JC Strasbourg, moins de 63 kg) l'a montré à son entraîneur Marie-Paule Panza.
 

Des semaines bien chargées

      Deuxième chez les seniors, c'est souriante qu'elle a reçu sa médaille d'or cette fois-ci. Elle garde, cependant, les pieds sur terre. « Je ne préfère pas me prononcer sur les championnats d'Alsace, confie-t-elle. Je peux faire des résultats satisfaisants une semaine, et être complètement déplorable la suivante, au point d'avoir honte pour mon club. » 
 Chez les moins de 100 kg masculins, Katchik Osipian (ASPTT) envisage son combat avec confiance, au moment de la pesée. « Je n'ai pas du tout la pression, sourit-il. Je pense que je commencerai à stresser aux inter-régions. »
 Sérénité partagée par son entraîneur, Benoît Gottman, qui nuance toutefois les propos de son protégé  : « Aujourd'hui, cette compétition est une formalité pour lui, c'est indiscutable. Il doit en revanche progresser sur sa gestion des combats, il est tout le temps dans l'attaque, au point d'être épuisé sur la dernière minute. »
 Les semaines sont bien chargées pour ce jeune fonceur, qui répartit son temps entre la préparation d'un bac de commerce et ses cinq entraînements hebdomadaires. Il faut croire que la formule est payante, puisque récompensée par la montée de la première marche à Schiltigheim.

« Les juniors vivent une année particulière »

      D'autres clubs peuvent souffrir face à ces juniors du pôle France qui partent généralement favoris. « Ça se ressent pour nous, dans la mesure où nos jeunes ne sont pas dans un programme sport-études, explique Thierry Dudenhoeffer, professeur à Lauterbourg et Soufflenheim. Ils ne déméritent pas, beaucoup s'accrochent, mais les juniors vivent une année particulière où le bac est en ligne de mire. Leur préparation est, par conséquent, plus irrégulière. »
 Dans ces circonstances, le technicien ne peut qu'être satisfait d'Alex Stumpf, qui a plié face à Thomas Duchenne (Krautergersheim), mais s'est hissé à une honorable deuxième place chez les plus de 100 kg.
 Pour lui comme pour ceux qui ont été sélectionnés à Schiltigheim, les championnats d'Alsace de Marckolsheim constitueront la prochaine étape. Le rendez-vous, programmé le 12 février, est donc pris. Avec, pour sûr, de belles luttes en perspective...